Chronique des blindés : Le Flakpanzer 38(t) du Musée Mémorial de la Bataille de Normandie (Bayeux)


Le Musée Mémorial de la Bataille de Normandie de Bayeux, inauguré le 14 juillet 1981 rassemble une collection variée de matériels, uniformes et objets en rapport avec cette bataille emblématique. Le musée est né à la suite d’une exposition temporaire, montée à Bayeux à l’occasion de la visite des présidents français et américain Valérie Giscard d’Estaing et Jimmy Carter. Face au succès de cette exposition temporaire, issues de 3 collections privées, la mairie de Bayeux décide de présenter les pièces d’un seul collectionneur de manière permanente dans un nouvel espace muséographique : le musée de la bataille de Normandie de Bayeux. Celui ci va fêter ses 40 ans en juillet prochain. Des engins blindés dont un Flakpanzer 38(t) enrichiront ensuite les collections. (Propos recueillis par Camille Harlé-Vargas)            

 

Combien de chars sont exposés au musée ?           

La collection du musée comporte au total 7 blindés. Certains sont exposés à l’intérieur et d’autres à l’extérieur, sur le parvis du musée. Il y a :

  • un Churchill Crocodile Mk VII, version lance-flamme du Churchill,
  • un “Grizzly”, version canadienne du Sherman,
  • un Jagdpanzer 38 (t) Hetzer, chasseur de char allemand,
  • un Panzerhaubitze “Wespe”, canon automoteur ou obusier motorisé allemand,
  • un HMC M7 self propelled gun “Sexton”, obusier automoteur américain,
  • un Tank Destroyer M10, chasseur de chars à tourelle américain,
  • un Flakpanzer 38 (t) Sdkfz 140, engin de DCA sur châssis blindé chenillé allemand

 

Le plus emblématique de la collection ? 

Ils le sont tous, mais s’il faut en choisir un cela serait le Flakpanzer 38 (t). Il s’agit d’un engin de DCA sur un châssis blindé, chenillé, conçu pour doter les unités blindées allemandes d’engins anti-aériens d’une grande mobilité. Cet engin, trop faiblement blindée et offrant une piètre protection à ses servants, armé, de plus, d’un canon de trop faible capacité. Il bénéficie en revanche d’une excellente caisse de fabrication Tchécoslovaque, LT 38, dotée de très bonne performance tout-terrain et d’une grande fiabilité mécanique. Cette caisse a servi de base à toute une déclinaison de véhicules de combat au sein de l’armée allemande.

           

Quel est l’histoire de ce Flakpanzer 38(t) ? 

Ce véhicule précis, appartenant, très certainement, à la 12e SS Panzer-division « Hitlerjugend », a été détruit lors des combats dits « de la poche de Falaise-Chambois », le long de la Dives, sur la route de Saint-Lambert sur Dives/ Trun, le 20 ou le 21 aout 1944, près du château, et la ferme du « hameau de Quantité » sur la commune de St Lambert sur Dives. Ce blindé allemand devant rejoindre un pont en pierre devant être monté avant-guerre, indiqué sur les cartes d’état-major allemand. Cependant il ne s’agit que d’une simple passerelle permettant aux civils de la région de franchir la Dives afin de moudre leurs blés au moulin. Ce blindé très certainement abandonné par ses occupants, comme la plupart des 8 à 10 000 soldats allemands en retraite passés sur cette passerelle large d’un mètre, à l’instar d’un autre lieu historique de 1944, « le gué de Moissy ». Ce Flakpanzer 38 T Sdkfz 140, en parti en épave, mais avec son moteur complet fut récupéré au début des années 80, dans le dépôt de M. Morat, ferrailleur à Trun (Orne).

 

Le panzer a t il été restauré ? 

Après sa récupération, le musée s’est chargé de la restauration du Flakpanzer. Il a fallu effectuer des travaux complets car l’engin a été récupéré comme épave : blindage, peinture …  C’est une pièce très rare, Il n’en resterait que 4 au monde, un au Musée des blindés de Saumur, deux dans des collections privées et enfin celui ci de Bayeux.

—————–

Remerciements au musée ainsi qu’à Philippe Paris, régisseur du pôle “histoire et collections” du Musée Mémorial de la bataille de Normandie.

Print Friendly, PDF & Email
Previous La haute intensité, un défi pour l’industrie d’armement (Dossier du G2S n°26)
Next Valery Giscard d’Estaing faisait rayonner la France

No Comment

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.