lundi 27 mai 2024

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 11 avril 1954

Nuit du 10 au 11 avril

Sur ELIANE 1 : contre-attaque Viet Minh.

18 h 45

En cours d’installation les deux Cies du 2/1 RCP subissent un bombardement violent mais aussi sur les PC.

Les Viets engagent le régiment 98 de la division 316 avec ses 3 bataillons au complet.

Les deux petites Cies du 2/1 RCP malgré les tirs de toutes leurs armes automatiques n’arrivent pas à faucher assez vite les vagues qui déferlent. Ils doivent céder du terrain. Le 6e BPC revient vers l’arrière. Au départ sur 80 hommes engagés, 15 tués, 22 blessés et 10 disparus soit un tiers de l’effectif engagé.

6 parachutistes vietnamiens qui avaient survécus, désertent immédiatement.

Une nouvelle tranchée coupe la piste le terrain d’aviation est totalement inutilisable plus d’évacuation possible.

À ISABELLE, les Viets ont réussi à couper la piste d’aviation par une tranchée à moins de 10 mètres des barbelés.

20 h 00

Les Viets atteignent le sommet de la colline, les paras s’accrochent toujours. On se bat par petits groupes isolés.

21 h 00

Les deux commandants de Cie sont blessés. Pour le capitaine MINAUD, c’est la deuxième fois en 5 jours.

BIGEARD lance un appel aux Cies de réserves des autres bataillons parachutistes.

Deux Cies de 50 hommes, chacune du 1er BEP, en tout une centaine de légionnaires paras, sont envoyées.


ISABELLE a lancé des patrouilles de reconnaissances, sans contact, jusqu’à Ban Phu et Ban Bong.

Pertes de la journée : 14 tués, 52 blessés dont sous-lieutenant LEGOUBÉ 144 du BT3, 14 disparus du 2e BEP dont 1 tué devant ISABELLE et 2 prisonniers probables.

Pertes opération d’ELIANE 1, 6e BPC 60 hommes hors de combats.

Pertes VM de l’ordre de 300 tués et nombreux blessés brancardés observés.

00 h 45

Les Viets relancent un 4e bataillon d’infanterie de la 316e Division à l’assaut de ELIANE 1 et l’absence d’obstacles devant le II/1er RCP assure que la bataille va rapidement dégénérer en corps à corps.

L’assaut débute en coïncidence avec le début du parachutage de personnel. Combat immédiatement au corps a corps mais la position n’est pas entamée.

Les légionnaires en passant entre ELIANE 4 et ELIANE 1 montent au front en chantant la chanson du 1er BEP « Contre les Viets, contre l’ennemi, partout où le combat fait signe… » Certains en français, certains en allemand. Le temps s’arrête (une accalmie) ; les légionnaires s’engagent sur le sommet.

Puis deux Cies la 2e et 3e du 5e BPVN, sont envoyées. Pour ne pas être en reste, les paras vietnamiens, pour faire oublier les défaillances qu’ils ont eu, se mettent à chanter avec leurs cadres français. Les jeunes parachutistes vietnamiens, qui n’ont pas de chant de tradition, entonnent le seul chant qu’ils connaissent et ont appris à l’école : la Marseillaise entonnée comme un chant de guerre, en attaquant.

02 h 00

Les survivants du 2/1 RCP, du 2e BEP et du 5e BPVN sont à nouveau maitre d’ELIANE 1 après de violents corps à corps. Situation bien en main après tirs d’artillerie qui causent aux VM des pertes sensibles. Attendons reprise de l’attaque.

04 h 00

Le Vietminh se replie bousculé. Le GONO signale que l’ennemi n’a envoyé aucune unité fraiche.  

Le rapport de combat du II/1er BEP indique seulement 9 morts et 4 disparus.

04 h 55

Les parachutages du 2e BEP ont été stoppés à cause de la brume. 12 Dakota larguent environ 220 légionnaires de la 7e Cie du 2e BEP parachutés de nuit en 11 sticks sont directement engagés sur ELIANE 1.  La Cie LECOUR GRANDMAISON du 2e BEP en attente sur DOMINIQUE 3 relève les compagnies du 2/1 RCP.

Avion touché par la DCA au groupe Franche Comté : le 328 ZF.

Le jour se lève sur un charnier : 400 cadavres ennemis gisent sur ELIANE 1 pèle mêle avec les morts français.

Sur les deux Cies du 2/1 RCP montées la veille, une n’existe plus : 10 tués, 66 blessés, 21 disparus, 80 hommes valides sur 200 montés la veille.

Le 1er BEP et le 5e BPVN ont perdu 100 hommes. Elles vont s’accrocher au PA et tenir 20 jours et 20 nuits.

Chaque Cie du 2/1 RCP monte à tour de rôle sur ELIANE 1 pendant 20 jours et 20 nuits de combats acharnées avec des viets renouvelés tous les jours s’accrochant à quelques mètres de nos tranchées.

Une Cie du 2e BEP et une du 2/1 RCP à tour de rôle toutes les 48 heures, viendront se faire saigner à blanc sur ELIANE 1.

On recouvre les corps amis et ennemis d’une mince couche de sable et de sacs de terre. On les utilisera comme pare éclats et ils sont déchiquetés et redéchiquetés par les obus.

La Division 308 émousse ses griffes sur HUGUETTE 6, un chaos de bosses et de trous boueux dans lequel vivent, depuis deux semaines, les quelque 180 défenseurs, légionnaires du I/2e REI et du III/13e DBLE et parachutistes du 5e BPVN et des renforts. Ils sont assiégés, coupés de tout. Pour les soutenir, les approvisionner, il faut, chaque soir, organiser de véritables opérations offensives mettant plusieurs compagnies en œuvre.

HUGUETTE 1 : La position commençait à être investie par des tranchées VM venant de l’ouest, Chaque jour, les éléments du I/2e REI entreprennent des interventions armées de protection des travailleurs pour reboucher les tranchées. Véritables opérations de détail menées bien souvent avec le concours des chars et de l’artillerie.

Dimanche 11 avril

Début de la bataille des HUGUETTE.

DE CASTRIES procède à une réorganisation de son système de commandement.

Il désigne BIGEARD pour assister LANGLAIS aux interventions.

LANGLAIS établit 5 districts où les commandants lui répondent directement.

Ouest Nam Youm : Capitaine TOURRET du 8e BPC reste en charge d’Epervier mais le commandant GUIRAUD du 1er BEP assume le commandement des HUGUETTE.

Le commandant VADOT, ancien chef du GM9, dirige Lily, CLAUDINE et JUNON

Est Nam Youm : Commandant BRÉCHIGNAC du II/1er RCP prend le commandement du nouvellement créé ELIANE Haut de ELIANE 1 à ELIANE 4 alors que le commandant CHENEL du BT2 est assigné aux ELIANE Bas, DOMINIQUE 3, ELIANE 10 et ELIANE 12

Le 6e BPC revient officiellement au capitaine THOMAS.

Photo aérienne : ELA 53 HV 395 DU 11/04/1954 12 h 00 loc / 13 h 00 loc – 272 clichés 1/6 500 Floue : recoupement 1/3 insuffisant. Remarque DCA active dans le secteur d’ISABELLE.

34 Dakota participent à des parachutages dont 10 appareils civils.

Le C-47 apparaît comme inadapté pour le parachutage de matériel dans ces conditions.

30 minutes pour un largage en 17 passages sur DZ ponctuelle (l’emploi des rampes de lancement permet d’abaisser le nombre de passages à 6 seulement) de 2,5 tonnes de matériel. Il est demandé aux USA de fournir des C-119 pour permettre 30 missions journalières en 2 fois 15 soit 100 heures de vol par jour.

29 C-119 sont présents à Cat Bi. Les 4 groupements de transport doivent faire voler 100 C-47, 9 C-119 à 2 pilotes et 2 Beech. Les pilotes du GT 2/62 ont réalisé sur le mois de mars entre 100 et 110 heures de vol.

08 h 30

HUGUETTE 1 : La section du lieutenant Henri LEGROS du III/13e DBLE et une section du 1/2e REI sortent pour aérer et combler des tranchées 309 au Nord-Est de HUGUETTE 1 ; en plein jour, 3 Cies Viet Minh contre-attaquent jaillissant de HUGUETTE 7 : Seul une rapide intervention de l’artillerie dégagent les légionnaires. Une contre-attaque est hâtivement organisée avec le reste de la 10/III/13e DBLE et une section du 2/I/1er REI en engageant une section de HUGUETTE 2 et une autre de la 4e Cie pour éviter l’engloutissement. Les 105 de CLAUDINE interviennent et 2 chars du lieutenant MENGELLE Bleu. Les troupes bloquées par l’assaut vietminh sont dégagées après s’être emparées d’une tranchée vietminh de 100 m de long devant eux. Le char MULHOUSE reçoit un ricochet de projectile de lance-roquette sans dommages, mais son système de recul se brise le lendemain. Il devient hors service pour plusieurs jours sont canon de 75 est remplacé par les pièces cannibalisées sur le CONTI immobilisé.

Le lieutenant LEGROS et 2 légionnaires sont portés disparus et il y a 4 tués, 10 blessés dont un officier. Pertes VM certaines et observées mais non dénombrées.

La 2e Cie n’a pas réussi à desserrer l’étreinte et pour la première fois les Viets ont réussi à tenir les tranchées.

09 h 00

Bilan pertes du 6e BPC pour opérations du 10 : 12 tués dont 3 sous-officiers, 19 blessés graves dont lieutenants CORBINEAU, LEROY, COMBANEYRE + 3 sous-officiers, 31 blessés légers dont 1 officier et 4 sous-officiers.

11 sticks ont été largués dans la nuit.

10 h 35

Préparation parachutage du soir : reliquats du 2e BEP et renforts dans les conditions habituelles. 7 avions – premier verticale 23 h 30. Insiste sur nécessité neutralisation maximum DCA et armes d’infanterie tirant sur avions au moment largage. Nombreux avions touchés la nuit dernière.

ELIANE 1 tient toujours.

Acharnés aussi les accrochages pour ravitailler HUGUETTE 6 toujours isolé en bout de terrain. Il s’avère bientôt évident qu’il sera bientôt impossible d’effectuer même la liaison indispensable à la survie matérielle des quelques légionnaires encore vivants, cramponnés à leurs blockhaus en ruine.

1er tests pour déclencher la pluie artificielle sur Diên Biên Phu sur un SNCASO SO.30 P Bretagne F-OALI, appareil civil réquisitionné à la COSARA (Comptoirs Saïgonnais de Ravitaillement)

La COSARA était une compagnie aérienne et de transport de l’Indochine française fondée en 1947 par Maurice LOUBIÈRE à Saïgon. Renommée STAEO le 6 septembre 1949, cette compagnie aérienne travaille de façon très régulière avec l’armée française. L’équipage est civil – seul le commandant de bord est militaire. L’objectif est de déclencher des averses artificielles sur les axes de ravitaillement. La technique est de bombarder les nuages avec de la neige carbonique et du charbon de bois badigeonné d’iodure d’argent à partir d’une altitude entre 8 000 et 10 000 m. Poursuite des expériences jusqu’au 21 avril avec un point fort le 16 et le 20 avril. La mission est abandonnée faute de résultats.

Semaine du 11 au 18 avril :

Le moral du Vietminh est en sévère baisse après les pertes importantes lors des derniers assaut. GIAP comprend que les assaut de face extrêmement couteux en hommes font le jeu du commandement français. Mail ils relèvent également le moral des français. Les écoutes radio du camp signalement des messages de petites unités signalant des hommes refusant d’obéir aux ordres. Des prisonniers Vietminh signalent lors de leurs interrogatoires qu’en certains cas on les menacé de leur faire tirer dans le dos par les canons (message 2e bureau du 13 Avril).

GIAP revient à la tactique de la guerre des tranchées.

Il fait venir des dizaines de milliers de coolies qui travaillaient à la réfection et l’entretien des routes.

Il fait entourer d’une toile d’araignée de tranchées d’approche tous les PA.

Un grand nombre de ces tranchées seront souterraines sur de longues distances pour déboucher au plus près et même à l’intérieur des réseaux de barbelés.

Sur le secteur des 5 collines c’est le régiment 98 recruté massivement dans les régions minières du nord Vietnam qui creuse des sapes. 

Les troupes françaises reçoivent des géophones du matériel de tranchée 14/18 avec les modes d’emploi pour écouter l’avancée des tranchées.

Mais pour contrer les mines vietminh il faut du bois pour les contre mines.

Le bois est une denrée rare sur Diên Biên Phu il sert principalement au soutènement et à la protection des abris.

L’occupation d’ELIANE 1 permet d’envisager l’action de réoccupation des PA DOMINIQUE 2 et DOMINIQUE 6 dans les jours prochains. Cette action est liée à une intervention massive de l’aviation et à une élévation des niveaux des munitions.

Préparer l’action sur DOMINIQUE 2 qui ne pourra pas être déclenchée avant le 13 du fait du faible ravitaillement parvenu le 10. Il serait urgent de renforcer le GAP en personnel de transmissions et de faire sauter tout le personnel de renfort volontaire sans spécialité avant de le breveter.

Pascal PECCAVET
Pascal PECCAVET
Ancien pilote d'hélicoptère sur Gazelle au sein de l’aviation Légère de l’armée de Terre (ALAT) pendant 18 ans cumulant 2 500 heures de vol. Ancien combattant de la guerre du Golfe et de la Somalie. Attaché Principal d’Administration d’État dans l’Éducation nationale. Adjoint gestionnaire d’un établissement scolaire. Commissaire aux Armées de Réserve (en attente d'affectation). Membre de l’Union Nationale des Combattants de Saint-Paul-lès-Dax (Landes). Historien chercheur pour l'ECPAD. Historien "War Studies". Spécialiste de la guerre d’Indochine. A rejoint l'équipe rédactionnelle de THEATRUM BELLI en janvier 2024.
ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

THEATRUM BELLI a fêté ses 18 ans d’existence en mars dernier. 

Afin de mieux vous connaître et pour mieux vous informer, nous lançons une enquête anonyme.

Nous vous remercions de votre aimable participation.

Nous espérons atteindre un échantillon significatif de 1 000 réponses.

Stéphane GAUDIN

Merci de nous soutenir !

Dernières notes

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB