lundi 27 mai 2024

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 13 avril 1954

Nuit du 12 au 13 avril

20 h 00

ISABELLE : harcèlements mortiers.

Bilan journée du 12 – Attaque ELIANE 1 :

  • 13 tués dont lieutenant DE FROMONT.
  • 42 Blessés 42 dont capitaine MINAUD, capitaine CHARLES, lieutenant GIRARDET.
  • 7 disparus.

Journée du 12 – Harcèlements :

  • 7 tués 7 dont lieutenant RASTOUIL.
  • 18 Blessés.
  • 3 supplétifs déserteurs.
  • Pertes ISABELLE non parvenues.

Régiment 102 ouvre son réseau radio à 19 h 30 et semble manifester intentions offensives.

Parachutages de nuit : 77 hommes, dont l’ACP 5 du lieutenant HANTZ qui va s’installer sur le point central au sud de l’ACM et 66 tonnes de matériel.

  • 1er BEP : 42 hommes ou gaines dont le lieutenant Georges ROUX blessé le 11 janvier et rapatrié à Hanoï. Parachuté avec le lieutenant STABENRATH.
  • 6e BPC : 10 hommes ou gaines.
  • 2/1 RCP : 10 hommes ou gaines.
  • Antenne chirurgicale : 8 hommes et 7 paniers.

4 avions chargés à 20 hommes ou gaines au départ de Bach Maï.

Décollage 01 h 00 du matin et tous les quart d’heure. Largage par demi-stick.


Santé :

  • 40 lits à l’ACM 29.
  • 50 lits à l’ACP 6.
  • 30 lits à l’ACP 3.
  • 2 postes de secours de GM : 10 lits et 30 brancards au GM 9.
  • 12 postes de secours de Bataillons : 120 brancards.
  • Capacité de réserve 150 brancards.
  • Total : 130 lits et 300 brancards.

00 h 50

Parachutage matériel par C-119 sans incident.

Quelques mouvements VM signalés au Nord-Ouest d’ISABELLE.

Lancement de l’opération Condor. Mission composée de 3 bataillons renforcés de plusieurs groupes de commandos. Objectif : opération de diversion à partir du Laos pour venir dégager la garnison ou détourner une partie des divisions qui entourent Diên Biên Phu de leur mission. L’opération est confiée au colonel BOUCHER DE CRÈVECŒUR commandant les forces françaises au Laos, le meilleur connaisseur de l’Indochine où il vit depuis 20 ans.

Mardi 13 avril

06 h 15

Message GONO : Seul les bataillons paras ont reçu du personnel de recomplètement. J’insiste pour que les légionnaires volontaires soient parachutés sans être brevetés. Suggère saut sans arme ni bagage, peu dangereux.


Pendant un tir d’artillerie sur la 4e batterie un projectile pénètre dans l’abri du PC. Le lieutenant BRUNBROUCK, grièvement blessé au dos, reçoit la communion de l’abbé TRINQUANT, aumônier de la 13e DBLE. Évacué vers l’hôpital, il décède en arrivant après une longue agonie.

08 h 30

Au cours de la nuit, embuscade réalisée par la I/13e DBLE prend à partie en 929-648 éléments VM assez importants : 2 VM tués, plusieurs blessés dénombrés certains. 1 PM saisi.

Embuscade du 8e BPC entre HUGUETTE 1 et 6 met 30 VM hors de combat.

Harcèlements sporadiques sur l’ensemble de la position.

09 h 30

Dans les dernières 24 heures le VM a poursuivi ses travaux sur DOMINIQUE 1, DOMINIQUE 2, le Mont Chauve et à l’Ouest d’HUGUETTE 1.

Le VM continue le harcèlement en utilisant maintenant les obus à fusée retard provenant de nos parachutages. Les abris touchés ne résistent pas.

4 C-119 ont largué leur chargement en zone Vietminh, 1 de jour et 3 de nuit.

De nuit, tous les équipages larguent trop haut.

Les derniers parachutages se font sans leader US et les équipages US refusent ou ne tiennent aucun compte des indications de notre PCIA.

Remise en ordre des unités ayant participé à la réoccupation et à la défense de ELIANE 1.

Pour des raisons d’économie, notre artillerie a eu une activité limitée : DCA, mortiers et neutralisation du personnel.

Poursuite de nos travaux sur ELIANE 1.

Demande : de personnel de transmissions. Passage du GAP 2 de 3 à 6 bataillons. Urgence du recomplètement des unités de Légion par parachutages.

11 h 00

Patrouilles en cours sur les faces Ouest et Sud du dispositif.

Au petit matin, profitant des traînées de brumes, le capitaine BIZARD fait reboucher et miner une tranchée Viet Minh devant HUGUETTE 6.

ISABELLE : Suite a quelques contacts de nuit au Nord-Est du CR obligent le repli des sonnettes. 2 Cies du 2/1er RTA rebouchent les tranchées au Nord. Rebouchage à l’Est du CR.

1 mort, 9 blessés dont 2 officiers : lieutenants BELHABICH et DAVAL.

13 h 30

Rouge en 500 lb court retard largue ses bombes l’un a hauteur dépôt munitions l’autre entre HIGUETTE 1 et 6, 30 mètres Ouest de la piste d’aviation.

Objectif DOMINIQUE 1 vu des appareils : axe d’attaque Sud-Est/Nord-Ouest soit 2 bombes explosées à l’intérieur du PA central (Pertes amies non déterminées). 2 bombes explosées entre 2 PA extérieurs (pertes amies néant).

14 h 00

Violent matraquage par l’artillerie VM sur position de batterie et zone PC.

Un C-119 parachute ses obus de 105 mm sur la pente Nord-Est de DOMINIQUE 1.

À la tombée de la nuit le harcèlement s’intensifie. La corvée de ravitaillement pour HUGUETTE 6 subit des pertes importantes.

18 h 00

État artillerie 13 avril soir :

  • obusiers de 105 mm : 17
  • obusiers de 155 mm : 3
  • mortiers de 120 mm : 15

1 pièce de 105 et deux soutes de pièces de 500 coups détruits par tir des Viets sur une position d’artillerie dans l’après-midi.

Etat Munitions :

  • 155 mm : 493 coups.
  • 120 mm : 4 222 coups.
  • 105 mm Diên Biên Phu : 8 600 coups
  • 105 mm ISABELLE : 4 017 coups.
  • Munitions d’infanterie en dépôt 7.5 mm : 1 900 000.
  • 9 mm : 416 000.
  • 30 M2 SB : 80 000.
  • 30 M1 : 110 000.
  • 12.7 mm : 65 000.
  • Mortiers 50 mm : 360 coups.
  • Mortiers 60 mm : 0
  • Mortiers 81 mm : 0
  • Grenades : OF : 1 200.
  • Grenades F1  : 700.
  • M48 : 2 800.

Vivres :

  • 6440 rations.
  • 8700 rations survie.
  • 19 000 pains de guerre.
  • Riz : 3 000 rations. 
  • Viande : 400 rations.

Essence :

  • récupération presque nulle Beaucoup de Jerrycans éclatent à l’arrivée. Il faut envoyer d’urgence l’envoi d’un C-119 MT 70 et AV 80.

Pertes 8ème BPC : Tués 1 sous-officier Blessés 3 dont 2 sous officiers.


Notes de Pierre LANGLAIS

Mais à Diê Biên Phu bonne ou mauvaise blessure conduisait à l’horreur des catacombes et si les blessés pouvaient compter sur l’admirable dévouement des chirurgiens et de l’unique infirmière, il n’y avait pour eux depuis la fin mars aucun espoir d’évacuation.

Je revois le long boyau fangeux, éclairé par quelques bougies ou s’ouvrait le trou sombre des abris et les niches creusées à même la paroi, parfois sur plusieurs étages où étaient enfournés les blessés.

Là aussi le moral était bon, je me souviens un jour avoir découvert tout au fond d’une galerie où régnait une obscurité complète, à la lueur de ma torche électrique, un commandant de compagnie, le capitaine MINAUD du 2/1 RCP.

Blessé une première fois sur HUGUETTE 7, une seconde fois sur ELIANE 1, il avait conservé son commandement et je le croyais encore valide, lorsque je le vis sur un grabat, son pied était broyé, il me dit simplement « je viens d’être touché pour la troisième fois, cette fois je suis HS ».

Cette affaire de blessés qui s’entassaient dans les abris dans des conditions épouvantables avait en son temps provoqué une grosse émotion en France et dans le monde. On évoquait la barbarie Viêt…

GIAP faisait la guerre, et quand on fait la guerre on ne fait pas de sentiments.

Il savait que ces blessés étaient le plus lourd handicap du camp retranché.

Si l’on m’avait donné le choix entre l’arrivée d’un bataillon de renfort ou les évacuations des blessés, j’aurais choisi sans hésiter les évacuations.

Il ne pouvait donc pas y avoir de compromis.


Les ordres de GIAP du 10 avril sont terminés pour toutes les divisions.

Pascal PECCAVET
Pascal PECCAVET
Ancien pilote d'hélicoptère sur Gazelle au sein de l’aviation Légère de l’armée de Terre (ALAT) pendant 18 ans cumulant 2 500 heures de vol. Ancien combattant de la guerre du Golfe et de la Somalie. Attaché Principal d’Administration d’État dans l’Éducation nationale. Adjoint gestionnaire d’un établissement scolaire. Commissaire aux Armées de Réserve (en attente d'affectation). Membre de l’Union Nationale des Combattants de Saint-Paul-lès-Dax (Landes). Historien chercheur pour l'ECPAD. Historien "War Studies". Spécialiste de la guerre d’Indochine. A rejoint l'équipe rédactionnelle de THEATRUM BELLI en janvier 2024.
ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

THEATRUM BELLI a fêté ses 18 ans d’existence en mars dernier. 

Afin de mieux vous connaître et pour mieux vous informer, nous lançons une enquête anonyme.

Nous vous remercions de votre aimable participation.

Nous espérons atteindre un échantillon significatif de 1 000 réponses.

Stéphane GAUDIN

Merci de nous soutenir !

Dernières notes

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB