dimanche 26 mai 2024

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 17 avril 1954

Nuit du 16 au 17 avril

18 h 15

Prévision de parachutage du soir – effectifs vers vous cette nuit :

  • 2e BEP : 15 hommes.
  • 2/1 RCP : 10 hommes
  • Légion 13e DBLE : 60 hommes
  • Artillerie : 2 hommes.

4 C-47 : premier décollage 02 h 00, intervalle 15 minutes. Premier largage 03 h 30.

19 h 30

Objectifs pour le 17/04 :

  • Primo : HUGUETTE 7.
  • Secundo DOMINIQUE 1.
  • Tertio : Prévoir ces interventions autant que possible par météo favorable. Soit peu après le parachutage des C-119.

Si météo le permet intervention en fin d’après-midi, une patrouille en long retard panachée court retard.

21 h 00

Opération de ravitaillement de HUGUETTE 6 lancée par surprise.

22 h 00

Poursuite du harcèlement des mortiers sur l’ensemble de la position. Opération de ravitaillement de HUGUETTE 6 en cours.

23 h 30

ELIANE 1 tâté.

00 h 00

Harcèlement au mortier et 105 mm sur Diên Biên Phu et ISABELLE.

Contact de sonnettes au Nord-Est et Nord-Ouest d’ISABELLE et sur ELIANE 1.

Ravitaillement HUGUETTE 6 actuellement bloqué au Nord de HUGUETTE 1. Se heurte à une violente réaction d’éléments VM couvrant une action de destruction du terrain vers son extrémité Nord.

Renseignements : Cette opération n’a pu être réalisée difficilement qu’en fin de nuit. Cela amène à envisager l’abandon de ce PA et un resserrement du dispositif au Nord permettant néanmoins de contrôler 900m de la piste d’atterrissage par l’installation d’un nouveau PA en bordure Nord du terrain.

5 Cies de Légion combattent plusieurs heures pour faire passer un convoi de ravitaillement en eau, vivres et munitions pour HUGUETTE.

LOULOU Martin à la tête de sa Cie du 1er BEP , il dégage HUGUETTE.

Il faut un bataillon pour amener sur HUGUETTE 6 son ravitaillement en vivres, munitions et eau. 42 PIM sont tués ou blessés en ravitaillant HUGUETTE 6 et 200 litres sur 600l d’eau arrivent à destination.

L’artillerie de Giap est incapable de détruire les bunkers enterrés sur Eliane 2 que la rumeur a gonflé dans des proportions épiques. Beaucoup de soldats Vietminh croient que la colline entière est percée de tunnels comme une ruche et certains pensent qu’ils sont assez grand pour le passage de chars sur le chemin de la Nam Youm. L’officier de renseignement de la 316e Division Bui Xuam Linh, pense que c’est une absurdité depuis que les interceptions des messages radio prouvent que les Français sont touchés par des obus en faisant route vers ELIANE 2. Mais ses supérieurs insistent qu’une patrouille soit envoyée nuit après nuit pour trouver les entrées de ce non existant passage. Beaucoup de personnels de Trin Sat sont perdus dans cette opération. Ces pertes et beaucoup de rumeurs démoralisantes auraient pu être évitées si quelqu’un s’était occupé d’interroger des Bo Doïs qui ont visité ELIANE 2 alors qu’il était entre leurs mains avant le 20 novembre. 

À mi avril la 316e Division décide de réhabiliter une tactique de la Première Guerre mondiale en creusant un puit de mine sous ELIANE 2 afin que les bunkers explosent du dessous. La mission est donnée à la 83e Cie spéciale du 151e régiment du Génie qui normalement désarme les bombes non explosées. 5 sapeurs commencent le tunnel depuis une tranchée sur les Champs Elysées, mais les Légionnaires a juste 25 mètres de la détectent cette activité et blessent 4 d’entre eux des grenades à fusils. Un intense bombardement interdit de creuser dans les 3 jours suivants. 

ISABELLE : Nouvelle sortie avec 2 compagnies de Légion et les chars pour reboucher les tranchées. Bilan : 3 tués, 11 blessés.

01 h 00

Le Viet Minh lance plusieurs coups de main surprise sur ELIANE 1 et tente de prendre pied dans le PA au cours d’actions courtes et violentes déclenchées après une préparation d’une extrême brièveté.

Renseignements : il semble que cette affaire ait été montée par une unité nouvellement revenue en ligne vraisemblablement le 102, d’après les écoutes radio.

C’est un échec. Ils échouent face aux Cies CLÉDIC et PÉRIOU.

Parachutages : 60 parachutistes sans brevet sautent, 13e DBLE 57 hommes de troupe Artillerie 1 sous-officier + 1 homme de troupe.

Les premiers volontaires à ne pas être parachutistes sautent.

Le GONO triomphe modestement, il n’y a eu pour tout incident de saut qu’une foulure légère.

02 h 00

Sérieux tatages de nos éléments sur ELIANE 1.

Liaison avec HUGUETTE 6 en cours.

Poursuite du harcèlement sur l’ensemble de la position.

Du 16 au 18 avril

Des avions larguent les volontaires et parmi eux, nombreux sont les légionnaires des unités du Tonkin qui, fièrement, disent aux assiégés dont ils vont partager le destin : « Quand le commandement a demandé des volontaires pour être parachutés, tous les bataillons Légion ont répondu « Bataillon au complet prêt pour sauter ».

Ces derniers proviennent essentiellement des 3e et 5e Étranger « après un entraînement sommaire », une dernière soirée en ville et les provisions de cigarettes et de cognac pour les copains qu’on va retrouver dans la cuvette, direction Gia-Lam où les Dakota attendent. Le sergent-chef DUPONT s’équipe et embarque pour son premier saut : Dans l’avion, à la porte, un connard hésite. La DCA ennemie, bien réveillée cette fois, crache de tous ses tubes. Explosions traçantes, gerbes, étincelles, la carcasse métallique vibrait. Les yeux fixés sur la lampe. Clignotement. Go !

La gaine, poussée, bascula, Maurice sautait, je fonçais derrière lui, un pied dérapant, à peine de choc à l’ouverture, puis impression de douceur, de balançoire. Je regardais la corolle au-dessus émerveillé et satisfait d’apercevoir celle des copains, mais elles étaient illuminées par une luciole, fruit sans doute de la fatigue d’une sentinelle saisie par la brusque violence de l’artillerie antiaérienne. Les traçantes montaient lentement vers moi, boules roses d’une grande intensité lumineuse, s’accélérant à mon approche et me croisaient à une vitesse folle ; Vu d’en haut, avec une inconscience toute passagère, c’était un spectacle « son et lumière » tout à fait irrationnel. « Et qui est là pour m’accueillir ? FALSETTI, qui apprécie ma bonne bouteille ! Les renforts sont embrigadés immédiatement, pas de répit pour eux. La bataille c’est tout de suite. L’effort ennemi porte maintenant sur HUGUETTE 1 qui se trouve désormais en première ligne l’investissement de la position commence aussitôt, de jour en jour, les progrès des circonvallations se rapprochent du PA. Si le 15 avril, pour ravitailler les légionnaires de RASTOUIL, une section de 60 PIM était suffisante, deux jours plus tard, Huguette 1 est inabordable même avec une compagnie. Par radio, RASTOUIL, qui ne dispose plus que d’une poignée de légionnaires, demande des renforts. Pour l’état-major, HUGUETTE 1 est le PA de la dernière chance, s’il tombe, les Viets ne seront plus qu’à 800 mètres du centre de Diên Biên Phu. Interrogé, le commandant CLÉMENÇON montre l’état de ses effectifs squelettiques, et de plus, grevés par la nécessité de tenir les trois derniers Huguette. Alors, on adresse à VADOT le commandant de la 13 Demi-Brigade de Légion-Etrangère, en fait un seul bataillon, déjà bien entamé. Vadot désigne la 4e Compagnie du capitaine CHEVALIER.

Le ravitaillement d’HUGUETTE 6 a coûté autant qu’une contre-attaque : DE CASTRIES décide l’évacuation du point d’appui.

BIGEARD a pris le commandement de l’opération de dégagement d’HUGUETTE 6.

Le 1er BEP a serré les rang et deux compagnie du 8e de TOURRET sont venus se joindre à lui. Mais le lieutenant-colonel BIGEARD, nouvellement promu, n’est pas convaincu. Pour sauver 150 hommes il faudra en sacrifier… le double !

Pour évacuer HUGUETTE 6 il est convenu que les défenseurs attendront le 1er BEP chargé d’ouvrir la route.

Un bataillon Viêt s’est installé en bouchon face au Sud, dans les tranchées.

Les légionnaires paras prennent pied dans la première tranchée mais les bo-doïs ont creusé des trous et il faut les déloger un par un. Ils sont 250 légionnaires contre 1 000 Viets.

Au matin, le BEP n’a pas franchi la deuxième ligne de tranchée et il compte une centaine de tués et de blessés.

04 h 00

Liaison avec HUGUETTE 6 n’a pu être réalisée

Début parachutage personnel. Poursuite du harcèlement.


LANGLAIS alerté, préfère donner l’ordre de repli, il pense une fois le jour levé lancer une nouvelle attaque renforcée aux ordres de Bigeard.

HUGUETTE 1 tient sans vivres, sans eau, sans ravitaillement d’aucune sorte. À Diên Biên Phu, sur, les pitons d’alentour, la résistance des 40 survivants de la 4e compagnie prend figure de symbole. Elle résume à elle seule l’opiniâtreté des défenseurs du camp retranché. Souvent, dans la journée, par radio, les compagnies des deux BEP qui luttent pied à pied sur les ELIANE envoient leurs encouragements aux légionnaires de CHEVALLIER. Tous les soirs lorsque tombe la nuit, les Viets sortent de leurs trous. Pour lutter contre eux, les défenseurs ont mis au point une tactique : ils tuent le premier, lui prennent ses grenades, des engins chinois enrobés de plastic et pourvu d’un manche, et l’enfournent dans le trou avant de faire sauter le tout. Pulvérisé par les mines, les obus, les explosions, le sol de HUGUETTE 1 est devenu comme une surface mouvante où l’on s’enfonce dans la boue jusqu’aux chevilles. C’est dans ce bourbier que, trois jours encore, jusqu’au 22 avril au soir, les survivants de la 4e compagnie du 1/13e DBLE vont se battre jusqu’au dernier.

Samedi 17 avril

A l’aube

Pour relever HUGUETTE 1, CHEVALLIER se glisse, par les tranchées d’accès à la hauteur d’HUGUETTE 3, au sud de l’objectif. Il aura environ 300 mètres de glacis à franchir à découvert, avant d’aborder les premiers blockhaus ennemis, qu’il lui faudra détruire pour sauter dans les barbelés d’HUGUETTE 1 et s’y enfermer. Ses légionnaires sont calmes et décidés.

En plus de leur armement, de leurs munitions, ils transportent aussi des jerrycans d’eau potable : ils savent qu’une fois sur place, ils ne devront plus compter que sur eux-mêmes. L’attaque démarre, précédée d’un tir d’artillerie. Très vite, les légionnaires de la « 4 » sont au contact. Il ne leur faut pas moins de trois heures pour percer les lignes adverses, faire sauter les blockhaus, et contraindre les bo-doïs à livrer le passage.

06 h 00

Liaison avec HUGUETTE 6 non encore réalisée. Parachutage personnel terminé, c’est effectué dans de bonnes conditions. Poursuite du harcèlement.

06 h 15

Liaison avec HUGUETTE 6 réalisée. Le ravitaillement du PA a pu être réalisé.

10 h 00

HUGUETTE 1 : Seulement, après quatre heures d’effort, les premiers éclaireurs du capitaine Chevalier parviennent auprès de leurs camarades du 1/2e REI. Ceux-ci entament aussitôt leur repli, ils n’arriveront au réduit central qu’au milieu de la nuit en ayant subi de nouvelles pertes. Pertes lourdes de part et d’autre.

Poursuite des harcèlements sur l’ensemble des positions.

La première compagnie du 5e BPVN se reforme à 2 sections.


Parachutage de matériel. Amélioration en précision, cependant 1 C-119 en dehors du CR et de nombreuses torches et débrelages correspondant à la valeur de 2 C-119.

Les 30 rotations de C-119 n’ont pas été effectuées le parachutage de nuit ayant été annulé.

Quelques tirs d’artillerie sur la DCA VM pendant la nuit.

Le tir d’arrêt au profit de ELIANE 1 et le soutien de l’opération d’HUGUETTE 6 entraîne une consommation de 220 coups de 105 et mortiers.

Les travaux d’organisation se sont poursuivis dans toute la mesure compatible avec la fatigue du personnel et les matériaux disponibles.

Nous ignorons toujours quels documents ont été largués par chasseurs à 14 h 30 chez les VM. À ISABELLE les documents sont tombés à 100 du centre du PA.

Dans la matinée

Une salve de 4 obus de 105 s’abat sur un tronçon du drain ou travaille une section de la 3/31e Cie du Génie : capitaine ESCANDE, lieutenant POULAIN tué.

210 tonnes de matériels, de vivres et de munitions sont larguées sur le camp retranché, mais 30 tonnes tombent chez les Viets et le ramassage qui se fait à dos d’homme ne peut guère en rassembler plus d’une vingtaine dans les dépôts.

Sur les points d’appui, on se sert directement dans les caisses qui tombent à proximité.

GIAP calculant ses besoins à 2 000 autres remplaçants pour le 05 mai, ordonne au 77e régiment d’infanterie d’envoyer ses 500 dernières jeunes recrues depuis les lignes de ravitaillements. Il convoque 1 500 troupes locales de la région du Viet Bac. Ces hommes doivent commencer à marcher vers Diên Biên Phu le 18 avril. 2 000 hommes de l’interzone 4 (la moitié du 44e régiment d’infanterie) reçoivent l’ordre de mouvement pour le 20. L’interzone 4 doit préparer également 1000 remplaçants quand les ordres interviendront.

12 h 45

Prévision du parachutage du soir. 3 C-47 premier décollage 02 h 45 intervalle 15 minutes premier largage 04 h 15.  

La journée

De Bach Maï et Gia Lam décollent : 26 C-47, 5 font demi-tour. 21 larguent 407 colis dont 93 sont perdus. 314 colis arrivent à destination soit un taux de réussite de 77 %. De Cat Bi décollent 28 C-119 dont 2 de nuit : 1 fait demi-tour, 27 larguent la totalité arrive à bon port. Le C-119 n° 109 largue un groupe électrogène lourd.

État des effectifs autochtones présents à Diên Biên Phu :

  • Réguliers (FTEO) : 1 220 (Forces Terrestres en Extrême-Orient).
  • Réguliers (FAVN) : 430 (Forces Armées Vietnam) 5e BPVN.
  • Supplétifs (FTEO) : 510 dont 60 Vietnamiens et 450 Thaïs.
  • Réguliers Thaïs (FTEO) : 1 010.
  • Total réguliers (FTEO) : 2 230.
  • Total réguliers (FAVN) : 430.
  • Total général : 3 170.

15 h 40

Message du GONO : Le général DE CASTRIES insiste pour qu’une Cie lui soit parachutée tous les soirs. L’Heure de largage est trop tardive, il risque d’y avoir du brouillard cette heure-là.

Missions Photos :

  • HV 436 clichés de 1 à 12 – Point David MS 251757 – recherche de garages en WK 912710 seulement quelques véhicules passés. Traces recouvertes par éclatements de terre (tirs d’artillerie) garages sous-bois.
  • HV 437 – Annulée HV 438 clichés 1 à 168 1/10 000 assez bonne inconnue non interprétée
  • HV 439 clichés de 1 à 136 – échelle moyenne 1/6 000 – Bonne – Postes et terrains non interprétées.
  • HV 440 clichés de 1 à 18 bonne.

17 h 10

Prévision de parachutage du soir :

  • 3e REI : 51 hommes.
  • Artillerie : 14 hommes.
  • 2/1 RCP : 13 hommes dont un officier.
  • 6e BPC : 1 infirmier.  
  • Total : 79 hommes

18 h 00

Pertes 8e BPC : 2 hommes du rang tués, 8 blessés dont 3 sous-officiers.


Resserrement du dispositif prévu par mon message sera effectué cette nuit en deux temps.

  1. Installation d’un nouveau PA à l’Est du terrain d’aviation à hauteur de HUGUETTE 1.
  2. Evacuation de HUGUETTE 6.

Demande en conséquence pour demain maximum effort aérien sur DOMINIQUE 1 et intérieur boucle Nam Youm en 945-672

Objectifs prioritaires à traiter le 18/04 :

  • Primo : DOMINIQUE 1 sommet et pente Nord
  • Secundo : organisation de bases de feux rive Est Nam Yam en TJ 945-672 HV353 02/04/54 cliché 130, 253-497, 249-488, et Nam Yam relayant ce point.

Maximum de moyens chaque appareil en 500 lbs et 1000 lbs court retard.

Objectif en B-26 heure météo la plus favorable si météo le permet.

17 au 25 avril

L’aviation engage des moyens importants sur cet axe, 43 F-8 F Bearcat, 46 chasseurs de l’Arromanches, 16 B-26, 34 PBY. Durant le mois d’avril, le général LAUZIN a adressé au GATAC/nord plusieurs directives et notes sur l’action aérienne sur Diên Biên Phû. Il ressort de ces documents que le travail aérien et les potentialités restent satisfaisants, grâce au travail acharné des personnels au sol des groupes de transport, de chasse et de bombardement ainsi qu’au renfort de 10 B-26. Les disponibilités du I/22 sont de 16,5 avions et celles du II/22 de 13,5.

Pascal PECCAVET
Pascal PECCAVET
Ancien pilote d'hélicoptère sur Gazelle au sein de l’aviation Légère de l’armée de Terre (ALAT) pendant 18 ans cumulant 2 500 heures de vol. Ancien combattant de la guerre du Golfe et de la Somalie. Attaché Principal d’Administration d’État dans l’Éducation nationale. Adjoint gestionnaire d’un établissement scolaire. Commissaire aux Armées de Réserve (en attente d'affectation). Membre de l’Union Nationale des Combattants de Saint-Paul-lès-Dax (Landes). Historien chercheur pour l'ECPAD. Historien "War Studies". Spécialiste de la guerre d’Indochine. A rejoint l'équipe rédactionnelle de THEATRUM BELLI en janvier 2024.
ARTICLES CONNEXES

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

THEATRUM BELLI a fêté ses 18 ans d’existence en mars dernier. 

Afin de mieux vous connaître et pour mieux vous informer, nous lançons une enquête anonyme.

Nous vous remercions de votre aimable participation.

Nous espérons atteindre un échantillon significatif de 1 000 réponses.

Stéphane GAUDIN

Merci de nous soutenir !

Dernières notes

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB