samedi 13 avril 2024

HISTOIRE : Chronique culturelle du 23 mai

23 mai 1430 : Jeanne d’Arc est capturée (Compiègne).

Appelée à l’aide par les habitants de Compiègne qu’assiège Jean II de Luxembourg-Ligny, un allié des Bourguignons, Jeanne se précipite avec 400 hommes. Elle est encerclée par les Bourguignons qui la font prisonnière et finissent par la vendre aux Anglais. Un an plus tard elle est condamnée au bûcher pour hérésie.


23 mai 1498 : naissance du condottiere corse Sempiero Corso qui a fait une grande partie de sa carrière au service de la France, notamment lors de l’expédition française en Corse de 1553.

Il commença sa carrière à 14 ans à Florence en entrant au service de Jean des Bandes Noires (Ludovico de Medici, né en 1498), lui-même au service de son cousin Jean de Médicis (né en 1475), pape Léon X à partir de 1513.

Il fait partie, avec Napoléon 1er et Pascal Paoli, des Corses les plus célèbres et est actuellement considéré par le nationalisme corse comme son plus ancien représentant, en tant que combattant contre la domination génoise sur l’île.

Crédit : DR.

23 mai 1592 : bataille de Craon (Ouest de la France).

Duc de Mercœur en 1602.

Elle oppose l’armée royale commandée par le prince de Conti à l’armée ligueuse.

Lors de la huitième guerre de Religion, la ville de Craon est assiégée par l’armée royale. Les ligueurs étaient assiégés dans la ville, où commandait Pierre Le Cornu, par l’armée du prince de Conti et du duc de Montpensier. Le duc de Mercœur dirigea de ce côté les forces dont il disposait et qui étaient recrutées surtout en Bretagne. La ville est dégagée par les Espagnols, débarqués en Bretagne le .

Le , la victoire des catholiques à Craon fut le propre triomphe de Pierre Le Cornu. À cette époque, tous les chefs s’étaient soumis à Henri IV converti au catholicisme mais Pierre Le Cornu conservait toujours sa position à Craon, « continuant ses courses et faisant des prisonniers comme au bon temps de la guerre, sans s’inquiéter s’ils avalent des lettres de sauvegarde ».

Les Espagnols capturent toute l’artillerie, les chariots de munitions, drapeaux, équipements et provisions adverses. Aucun quartier ne fut accordé aux Anglais, en représailles pour leur cruauté envers les naufragés espagnols de la Grande Armada.

On retrouve plusieurs gentilshommes bretons lors de la bataille comme René de Grézille, Pierre Quintin ou encore Pierre Le Roux.

Après la bataille de Craon, Laval est tombé au pouvoir des ligueurs. Le , Conti se replie sur Château-Gontier, le lendemain il est à Sablé. Mercœur et Bois Dauphin, à la suite des princes, entrent dans Laval et Château-Gontier. Boisdauphin prend le commandement de Laval, Louis de Champagné redevient gouverneur de Château-Gontier.


23 mai 1618 : deuxième défenestration de Prague, l’événement déclencheur de la guerre de Trente ans.

Elle marque le paroxysme de la fronde des nobles de Bohême contre la monarchie des Habsbourg, qui depuis un siècle s’était établie à la tête de ce royaume. Conséquence des antagonismes religieux, économiques et politiques qui déchiraient l’Europe centrale au début du XVIIe siècle, cet événement fut l’une des causes immédiates de la guerre de Trente Ans.


23 mai 1706 : bataille de Ramillies (actuelle Belgique).

Elle est un succès retentissant pour la coalition alliée, constituée par la république des Provinces-Unies, le Royaume d’Angleterre et leurs « auxiliaires » danois sur l’armée franco-bavaroise. Elle fait suite à une année de campagnes indécises en 1705 (bataille d’Eliksem) au cours de laquelle l’excès de confiance de la coalition et les hésitations bataves après le succès de Blenheim aboutissent à une campagne infructueuse le long de la Moselle qui contraint le duc de Marlborough à renoncer à son plan de campagne en France. Cependant, en dépit de l’incapacité des Alliés d’emporter un succès décisif, Louis XIV souhaite ardemment la paix, mais il la veut toutefois à des conditions raisonnables. Dès lors, plutôt que de rester sur la défensive, les armées françaises passent à l’attaque sur tous les fronts.

L’année 1706 débute bien pour les généraux de Louis XIV qui remportent quelques succès préliminaires en Italie et en Alsace où le maréchal de Villars contraint le margrave de Bade à la retraite au-delà du Rhin. Louis pousse maintenant le maréchal de Villeroy à presser Marlborough et à forcer les Alliés à livrer bataille dans les Pays-Bas espagnols. Pour répondre aux vœux du roi, Villeroy sort de Louvain à la tête de 60 000 hommes pour marcher de manière ostentatoire vers Zoutleeuw. Marlborough, tout aussi déterminé à chercher la bataille décisive, rassemble ses forces — quelque 62 000 hommes — près de Maastricht, avant d’avancer en direction de la Mehaigne et de la plaine de Ramillies où les Français, dans l’attente du choc, se sont déjà rangés en bataille.

En moins de quatre heures, l’armée de Villeroy est totalement défaite. Les manœuvres subtiles et les changements de tempo de Malborough pendant la bataille — mouvements dont les commandants français et bavarois ne prennent conscience que trop tard — prennent totalement ses adversaires en défaut. L’armée franco-bavaroise cède et se débande, perdant plus de 20 000 hommes. Après le succès du prince Eugène survenu par la suite lors de la bataille de Turin en Italie du Nord, les Alliés imposent à Louis XIV les plus importantes pertes en territoires et en moyens du conflit. De nombreuses villes et places tombent une par une aux mains des troupes de Marlborough et, à l’issue de la campagne, l’armée française et ses alliées ont été chassées des Pays-Bas espagnols — faisant de l’année 1706 l’« annus mirabilis » des Coalisés.


23 mai 1790 : Naissance du navigateur, officier de marine et explorateur Jules Dumont d’Urville qui participa à plusieurs voyages d’exploration scientifique entre 1822 et 1840, notamment à bord de l’Astrolabe.


23 mai 1793 : bataille de Famars (Nord de la France).

Défaite française près de Valencienne face aux coalisés.


23 mai 1809 : bataille d’Alcaniz (Espagne).

Le général Suchet vient tout juste d’être nommé à la tête de l’armée d’Aragon (5 avril). Pour sécuriser la zone, il attaque Alcaniz défendue par le général espagnol Joaquim Blake. Le sang-froid des défenseurs espagnols sauve la situation : parvenus fougueusement jusqu’aux dernières défenses, les Français se font surprendre par le tir de mitrailles à bout portant des artilleurs ennemis. La salve est si meurtrière que dans le flottement qui s’ensuit, un tambour sonne la retraite, entraînant la débandade. Blake ne saisit pas sa chance et ne poursuit pas Suchet. Ce dernier va reprendre sévèrement en main sa troupe (le tambour est fusillé) et devenir le chef français le plus aimé (par ses hommes mais aussi par les Espagnols) de la guerre d’Espagne.

Suchet

23 mai 1809 : replis après la bataille d’Essling (Autriche).

La veille, Napoléon a perdu 7 000 hommes dont le maréchal Lannes. Très affecté par la perte de cet ami, l’Empereur met quelque temps à se reprendre. Il ordonne à ses troupes de se replier sur l’île de Lobau (sur le Danube) pour se réorganiser. Les Austro-Hongrois, encore plus éprouvés crient cependant victoire. Ce semi-échec pour Napoléon est en partie imputable au manque de reconnaissance : le Danube en crue a arraché à deux reprises les ponts qui reliaient l’île de Lobau au Marchfeld, morcelant l’armée française. Les pontonniers fournissent un travail remarquable à cette occasion. Dans quelques semaines, sur ce même Marchfeld, Napoléon clarifiera la situation en remportant la brillante bataille de Wagram.


23 mai 1908 : Naissance de l’aviatrice Hélène Boucher, détentrice de plusieurs records et morte accidentellement le 30 novembre 1934.


, Dönitz est arrêté en même temps que ses ministres Alfred Jodl et Albert Speer. La dissolution de son gouvernement met un point final à l’existence du IIIe Reich. L’Allemagne est alors placée sous le régime de l’occupation militaire avec à sa tête un Conseil de contrôle allié qui assure l’administration du territoire.


23 mai 1947 : mort à 68 ans du poète et écrivain suisse Charles Ferdinand Ramuz

Le rapport direct à la nature, à la vie et à la mort permet à l’auteur de développer des personnages dépourvus d’aspects et de questionnements superficiels.

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

THEATRUM BELLI a fêté ses 18 ans d’existence en mars dernier. 

Afin de mieux vous connaître et pour mieux vous informer, nous lançons une enquête anonyme.

Nous vous remercions de votre aimable participation.

Nous espérons atteindre un échantillon significatif de 1 000 réponses.

Stéphane GAUDIN

Merci de nous soutenir !

Dernières notes

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB