mardi 30 novembre 2021

L’australien DroneSec et le français CERBAIR unissent leurs forces pour mieux diffuser la connaissance sur la menace drone

Depuis 2016 DroneSec s’est imposée comme la référence en matière de renseignement sur les menaces générées par les drones.

Grâce au travail d’analystes tels que d’anciens pirates informatiques, pilotes de drones militaires et pilotes d’avions de chasse, l’équipe de DroneSec audite, forme et informe ses clients sur les risques que représentent les drones sur les infrastructures sensibles. Promoteur du Global Drone Security Network (GDSN), une conférence annuelle des meilleurs experts, quelques 400 clients font désormais confiance à cette PME régionalement implantée en Australie et à Singapour pour parfaire leurs connaissances sur la sécurité des UAVs (Unmanned Aerial Vehicles).

Avec des clients sur la plupart des continents, c’est logiquement que CERBAIR souhaitait une coopération plus poussée avec DroneSec depuis quelques mois.

Dans le cadre d’un partenariat signé le 1er août entre les deux entités, CERBAIR fournira à ses clients une information hebdomadaire de première main en français, en anglais et en arabe sur l’état de l’art de la menace made in DroneSec. Elle bénéficiera également de données ad’hoc puisées dans Notify, la base de données recensant plus de 3000 incidents classés selon la sévérité et récemment récompensée par le prix Airwards pour son “extraordinaire approche”.

De son côté, DroneSec pourra accéder à de nouvelles parts de marché notamment en matière de formation sur les risques dans les infrastructures sensibles au Moyen-Orient, en Afrique francophone et en Europe et compléter sa pénétration du marché notamment auprès des clients de CERBAIR.

“Nos deux prises de paroles successives lors des deux derniers GDSN avec des partenaires issus d’Interpol ou de l’OTAN, les plus en pointe sur la question de l’anti-drone, a achevé de nous convaincre que l’entreprise dirigée par Mike Monnik était une considérable plus-value pour nos clients” explique Lucas Le Bell, CEO et co-fondateur de CERBAIR. “Parce que cette menace est en constante évolution et notamment sur la zone levantine et africaine, coopérer avec ce prescripteur est essentiel pour nous” souligne Lucas Le Bell.

De son côté, Mike Monnik explique que “CERBAIR fait partie du peloton de tête des sociétés présentant une offre très solide en matière de lutte contre la menace drone”. “Ouvert aux tests, CERBAIR a une approche unique basée sur l’éducation de leurs clients à travers des scénarios réels démontrant leur engagement envers la lutte anti-drone” analyse le jeune directeur melbournien. “Un partenariat avec CERBAIR signifie que l’information sur les incidents sera médiatisée sur un large spectre aujourd’hui et demain” conclut-il.

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

BOUTIQUE TB

Les plus lus

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB