Le Maroc évite un bain de sang à la France


Une nouvelle preuve de l’efficacité des services marocains et de l’excellente coopération entre ces services et ceux de la France  (DGSE et DGSI) a été donnée par la transmission, le 1er avril 2021, d’informations sur un projet d’attentat contre une église par des Français d’origine marocaine.

C’est  en effet sur la base de renseignements des Marocains que les autorités françaises ont procédé, les 3 et 4 avril à des opérations d’interpellations et de saisies ayant permis de neutraliser un  projet terroriste. Les autorités françaises ont été informées que la suspecte principale était en phase finale d’exécution de son projet terroriste suicidaire à l’intérieur d’une église où elle avait l’intention de massacrer un  grand nombre de fidèles. La femme suspecte s’inspirait des vidéos diffusées par l’organisation terroriste Daech.

Le Royaume du Maroc note que le  partage des informations avec les services français s’inscrit « dans le cadre de l’adhésion du Maroc aux mécanismes de coopération internationale de lutte contre les organisations terroristes, de consécration de la paix et de la stabilité dans le monde, ainsi que dans le sillage du renforcement de la coopération entre la DGST et les services de renseignements français dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et face à la recrudescence des menaces de l’extrémisme violent qui vise la sûreté et la sécurité des citoyens des deux pays ».

En tous les cas, il est de nouveau démontré que le Maroc constitue un partenaire précieux et indispensable de la France dans la lutte contre le terrorisme. La France et le Maroc sont  engagés dans le même combat contre le terrorisme et l’obscurantisme aussi bien sur leurs territoires que sur le terrain sahélo-saharien et dans toute l’Afrique, où d’ailleurs les séparatistes sponsorisés par l’Algérie jouent le jeu trouble que l’on sait. Plus largement, il convient de souligner la force de la relation d’exception qui existe entre les deux pays est fondée sur les intérêts communs, l’amitié, le respect et la confiance réciproque.

La France n’est pas le seul pays à devoir se féliciter de la coopération avec le Maroc en matière de lutte antiterroriste. Ainsi le FBI des États-Unis a salué en février dernier le haut niveau de coopération et de partenariat avancé qui lient les services marocains et états-uniens « dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et de l’extrémisme violent dans l’objectif de garantir la sécurité et la sûreté des citoyens des deux pays ».

Charles SAINT-PROT

Directeur général de l’Observatoire d’études géopolitiques

Print Friendly, PDF & Email
Previous HISTOIRE : Chronique culturelle du 7 avril
Next Commandement et héroïsme à travers l’histoire militaire : une réflexion pour aujourd'hui ?

No Comment

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.