Rapport canadien alarmiste sur l’acquisition des navires de patrouille extracôtiers pour l’Arctique


L’Institut Rideau et le Centre canadien de politiques alternatives publient un nouveau rapport sur le projet du gouvernement canadien de construire des navires de patrouille extracôtiers pour l’Arctique.

Titanic Blunder: Arctic/Offshore Patrol Ships on course for disaster est le fruit des recherches de Michael Byers, professeur de sciences politiques à l’Université de la Colombie-Britannique, et Stewart Webb,chargé de recherche invité à l’Institut Rideau et associé de recherche au Salt Spring Forum.

L’acquisition de six à huit navires de patrouille extracôtiers pour l’Arctique a été annoncée en 2007, avec un budget de 3,1 G$, avec une projection de 4,3 G$ de dépense pour l’exploitation et la maintenance pour une durée de vie de 25 ans.

Parmi les principales conclusions de la recherche :

  • Les NPE/A sont des navires de compromis, qui seront inefficaces dans l’Arctique et trop lents et instables pour des fonctions de patrouille au large des côtes de l’Atlantique et du Pacifique
  • Les NPE/A coûteront de 8 à 10 fois le prix par navire que l’Australie et les États-Unis payent pour des patrouilleurs rapides, construits selon un devis spécifique
  • On peut prévoir de nouveaux compromis, alors que le ministère de la Défense nationale se débattra, dans le cadre du budget établi en 2007, pour compléter l’acquisition de navires qui répondent à un design complètement nouveau.

Le rapport fait les recommandations suivantes :

  • Annuler l’acquisition des navires de patrouille extracôtiers / de l’Arctique.
  • Commander de 6 à 8 patrouilleurs rapides, construits selon un devis spécifique et basés sur un design éprouvé.
  • Reconstruire la flotte des brise-glaces de la Garde Côtière, en tenant compte des changements dans les conditions de couverture glaciaire et du besoin pour ces navires de jouer de plus un rôle constabulaire.
Previous Le conflit de haute intensité : l'actualité de demain ?
Next Mali : Le Lieutenant-colonel Sébastien Chenebeau témoigne après le retour d'une centaine de soldats français

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.