dimanche 19 mai 2024

Une guerre en Ukraine aux enjeux vitaux pour l’Occident (Partie 1, I.3.)

Pour clore la première partie sur ces « Quelques enseignements géopolitiques de la guerre en Ukraine », après « Le désarmement européen » (Partie 1, I.1.) suivi de « La fin de la mondialisation heureuse » (Partie 1, I.2.), ci-joint « Une guerre en Ukraine aux enjeux vitaux pour l’Occident » (Partie 1, I.3.).

.*.

La géopolitique de ce conflit pour l’instant circonscrit à l’Ukraine a eu pour effet de rappeler que les enjeux pour le monde occidental sont vitaux pour son avenir y compris dans une approche civilisationnelle. Par ses valeurs partagées et notamment rappelées dans le conflit ukrainien, aussi bien par l’Ukraine que par les États qui la soutiennent, la revitalisation du bloc occidental, sinon son réveil, se révèle une nécessité existentielle à travers son organisation sécuritaire mais aussi par son rapport avec le recours à la force militaire.

L’organisation garante de notre sécurité internationale est représentée par l’OTAN qui, miraculeusement ayant survécu à sa mort cérébrale, a montré toute sa pertinence malgré les critiques d’une partie de la classe politique française. L’accueil de la Suède et de la Finlande créera cette sécurité collective européenne, sinon civilisationnelle si jamais ces États arrivaient à rejoindre l’OTAN, lieu de standardisation et d’harmonisation des stratégies militaires occidentales. Leur processus d’adhésion montre en effet la naïveté des traités signés dans le passé qui a permis à la Turquie, État autoritaire, aux relations ambiguës avec la Russie, d’être un acteur de nuisance au détriment de la sécurité de l’Europe.

Cependant le pilier européen de l’OTAN n’existera que si l’effort de défense des européens est significatif et capable d’opérations militaires autonomes de haute intensité. Dans ce contexte, la défense européenne a largement perdu de sa crédibilité. Les États-Unis ont montré qu’ils étaient indispensables alors que les flux d’armement américains créent une nouvelle dépendance : avions de chasse F35, blindés, munitions, renseignement… Il sera difficile de s’affranchir y compris par une BITD européenne.

Ce conflit a montré aussi que le recours à la force militaire était une option crédible. Il ne s’agit pas de renier nos principes mais de savoir les associer à une détermination dissuasive que l’OTAN peut et doit incarner. Les retenues occidentales hormis anglosaxonnes, sont en effet confrontées à un désinhibition d’États militairement puissants rejetant le cadre éminemment juridique imposé depuis 1945 par les Occidentaux, y compris dans l’application du droit dans la guerre. Russie, Chine mais aussi Turquie se positionnent comme des compétiteurs à l’affut de nos vulnérabilités et de nos faiblesses.

La position de la Chine dans le conflit ukrainien est à ce titre significative bien que son ambiguïté se lève peu à peu avec cette publication le 22 février 2023 de son concept global de paix régionalisant la sécurité internationale et posant indirectement la question de l’avenir de l’ONU, puis de ce soi-disant plan de paix en Ukraine le 25 février. Dans ce conflit, il est de son intérêt d’affaiblir d’abord les États-Unis, éventuellement les européens pour qu’ils ne traitent que d’économie et de grands principes, de la Russie afin d’élargir son influence dans l’Est sibérien.

Enfin, le retour de la guerre pose la question de la résilience d’une nation face à une agression. Certes cette problématique ne se pose pas directement à la France qui ne dispose pas d’un ennemi à ses frontières en Europe, ce qui serait éminemment mobilisateur. En revanche, la protection aux frontières de l’Union européenne et la défense de notre souveraineté dans nos possessions lointaines en l’Indo-pacifique nous imposent d’être capables d’agir dans la durée, avec les moyens notamment humains en adéquation avec le soutien de la nation, sinon des nations européennes.

.*.

Pour conclure cette première partie, il est indéniable suite à ce constat que la guerre en Ukraine a révélé l’ensemble de nos faiblesses sinon de nos vulnérabilités. Cette situation établit les multiples signes annonciateurs d’un grand bouleversement des relations internationales dont le dernier avatar est cet improbable jusqu’à présent rapprochement irano-saoudien sous l’égide de la Chine. Nous ne pouvons pas à ce jour en estimer l’ampleur mais il nous concerne directement.

En toute état de cause, notre compréhension du monde à venir, notre relation à la guerre seront transformées. Elles impliqueront à la fois des conséquences sur la place géopolitique que le monde occidental, incluant par ailleurs des États asiatiques comme le Japon et la Corée du Sud, veut tenir ou préserver, sur la puissance militaire nécessaire pour affirmer ce positionnement, mais aussi dans le domaine sociétal avec des sociétés peu habituées à l’éventualité d’un conflit militaire pouvant les concerner directement.

Fin de la partie 1.

.*.

Général (2S) François CHAUVANCY
Général (2S) François CHAUVANCY
Saint-cyrien, breveté de l’École de guerre, docteur en sciences de l’information et de la communication (CELSA), titulaire d’un troisième cycle en relations internationales de la faculté de droit de Sceaux, le général (2S) François CHAUVANCY a servi dans l’armée de Terre au sein des unités blindées des troupes de marine. Il a quitté le service actif en 2014. Consultant géopolitique sur LCI depuis mars 2022 notamment sur l'Ukraine et sur la guerre à Gaza (octobre 2023), il est expert sur les questions de doctrine ayant trait à l’emploi des forces, les fonctions ayant trait à la formation des armées étrangères, la contre-insurrection et les opérations sur l’information. A ce titre, il a été responsable national de la France auprès de l’OTAN dans les groupes de travail sur la communication stratégique, les opérations sur l’information et les opérations psychologiques de 2005 à 2012. Depuis juillet 2023, il est rédacteur en chef de la revue trimestrielle Défense de l'Union des associations des auditeurs de l'Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale (IHEDN). Il a servi au Kosovo, en Albanie, en ex-Yougoslavie, au Kosovo, aux Émirats arabes unis, au Liban et à plusieurs reprises en République de Côte d’Ivoire où, sous l’uniforme ivoirien, il a notamment formé pendant deux ans dans ce cadre une partie des officiers de l’Afrique de l’ouest francophone. Il est chargé de cours sur les questions de défense et sur la stratégie d’influence et de propagande dans plusieurs universités. Il est l’auteur depuis 1988 de nombreux articles sur l’influence, la politique de défense, la stratégie, le militaire et la société civile. Coauteur ou auteur de différents ouvrages de stratégie et géopolitique., son dernier ouvrage traduit en anglais et en arabe a été publié en septembre 2018 sous le titre : « Blocus du Qatar : l’offensive manquée. Guerre de l’information, jeux d'influence, affrontement économique ». Il a reçu le Prix 2010 de la fondation Maréchal Leclerc pour l’ensemble des articles réalisés à cette époque. Il est consultant régulier depuis 2016 sur les questions militaires au Moyen-Orient auprès de Radio Méditerranée Internationale. Animateur du blog « Défense et Sécurité » sur le site du Monde à compter d'août 2011, il a rejoint en mai 2019 l’équipe de Theatrum Belli.
ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

THEATRUM BELLI a fêté ses 18 ans d’existence en mars dernier. 

Afin de mieux vous connaître et pour mieux vous informer, nous lançons une enquête anonyme.

Nous vous remercions de votre aimable participation.

Nous espérons atteindre un échantillon significatif de 1 000 réponses.

Stéphane GAUDIN

Merci de nous soutenir !

Dernières notes

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB