Chronique des blindés : Le B1 bis du MM Park


Le MM Park est un musée consacré à la seconde guerre mondiale situé à la Wantzenau, près de Strasbourg. Il a ouvert ses portes le 1er mars 2017 et regroupe une collection d’armes, d’uniformes et de véhicules militaires appartenant à Eric Kauffmann, le fondateur du musée, ainsi que la collection « Sussex 1944 » de Dominique Soulier. Le musée regroupe une des plus grandes collections de véhicules d’Europe, qui va de la Kübelwagen, au M24 Chaffee et au SU-100. Hormis les véhicules terrestres, le musée présente aussi une vedette allemande, et un avion Messerschmitt Bf 108 Taifun.

Nous allons nous intéresser ici à une pièce emblématique de la campagne de France : le char B1 bis.

 

Connaissez-vous l’unité d’appartenance de cet engin ? Si oui, a quels combats a-t-il participé ? 

Le B1 bis exposé au MM Park ne possède plus son numéro de série, il est donc impossible de le dater avec précision, et encore moins d’identifier son unité, et son état de service. C’est le cas sur beaucoup de ces chars où le numéro de série était inscrit à un seul endroit, contrairement aux chars américains. Après 1940, celui-ci a été utilisé par les Allemands qui l’on modifié sur plusieurs points, notamment la tourelle. Si l’historique de ce char n’est pas connu, l’atelier du musée possède trois autres B1 bis, dont l’un a été identifié comme étant “Intrépide”, un second est en cours d’identification. L’atelier possède aussi un char B1, dernière pièce connue au monde ainsi qu’un Hotchkiss H39 avec une queue de franchissement et deux Renault FT. 

D’où provient-il ? D’un dépôt, d’un autre musée, d’un collection particulière ? 

Après 1945, il a servi de cible sur le pas de tir de l’ETBS de Bourges. D’où son état car des mines magnétiques ont été testées sur le char. Il a été fait le choix de le laisser « dans son jus » comme les deux ARL 44 de la collection du musée.           

 Comment est-il intégré dans les collections du musée ? 

Le B1 bis possède une place un peu à part, sous le drapeau français dans un espace du musée. Il est exposé aujourd’hui avec un moteur de B1 Bis qui a été restauré par les ateliers du MM Park ainsi qu’avec le canon ABS modèle 29 de 75 mm disposé en casemate à l’origine sur le char. Cette pièce a été entièrement fabriqué par les ateliers sur la base d’un modèle.

Qu’est-ce que ce char apporte à la collection du MM Park ?

C’est une pièce emblématique de l’histoire des blindés français, mais aussi de la campagne de 1940. Il est important d’exposer et de conserver une telle pièce pour la mémoire. Il est bon de savoir que d’autres B1 bis attendent patiemment leur tour dans les ateliers et qui pour certains, ont retrouvé leur identité.

————-

Remerciements à Maxence Lebourg, chef de l’atelier du MM Park, pour son temps et ses connaissances précises qu’il a bien voulu partager pour l’écriture de cet article.

Canon du B1 bis. Crédit : Camillé Harlé-Vargas
Moteur du B1 bis. Crédit : Camille Harlé-Vargas
Print Friendly, PDF & Email
Previous HISTOIRE : Chronique culturelle du 24 septembre
Next "La voix des océans" : quelles sont les raisons du conflit entre la Grèce et la Turquie en Méditerranée orientale ?

1 Comment

  1. Rigault jl
    24 septembre 2020
    Répondre

    Ce musée est vraiment très intéressant et pour les passionnés de WoT, ils devraient trouver leur bonheur. Tel le SU 152 qui est monstrueux. On se rend mieux compte de la taille des véhicules et de leur canon ou des différentes armes. Manque juste un des Big Three nazi.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.